Ecolo Modave

Des puces et des poubelles

vendredi 26 septembre 2008, par JFO

Ce qui va changer dans la collecte des déchêts à Modave à partir du premier juillet 2009

A la fin du mois de juin 2009, le contrat conclu par notre commune avec la société SITA de collecte des déchêts vient à échéance, après une ultime prolongation de six mois. Soutenue par la Région Wallonne, Intradel [1] s’efforce, à chaque renouvellement dans une commune de Wallonie, de reprendre ce marché dans son giron.

Dans un article précédent, nous vous exposions les tenants et aboutissants de la proposition d’Intradel, à laquelle Modave vient finalement de donner son assentiment lors du Conseil communal du 14 août 2008. Nous allons essayer de vous exposer ici les changements qui en résulteront pour nous, habitants de la commune.

Finis les sacs !

Le premier changement, le plus visible, sera marqué par la fin du sac poubelle à Modave. A sa place, de hautes poubelles (probablement sur roulettes) en matière plastique pour les déchets dits "résiduels" (c’est-à-dire ceux que vous mettez actuellement dans les sacs jaunes) et une poubelle plus petite pour les déchets dits "organiques" (essentiellement les résidus alimentaires, végétaux, etc...).

Ces récipients seront fournis gratuitement par Intradel à raison de :

* 2 conteneurs de 140 litres par ménage destinés aux déchêts "résiduels" ;

* 1 conteneur par ménage destiné aux déchêts "organiques" (à choisir parmi plusieurs contenances possibles) ;

Des puces dans mes poubelles ?

Il s’agit évidemment d’une puce électronique qui identifie le conteneur et son propriétaire, c’est-à-dire vous. Rien à voir avec la prévention contre le vol ; il s’agit au contraire pour Intradel de mesurer à chaque collecte la masse de déchêts que vous lui remettez. Le camion sera dorénavant équipé d’un dispositif qui lira sur la puce le nom du propriétaire de chaque poubelle puis la pèsera avant de la vider.

Vais-je donc devoir payer pour chaque kilo de déchêt ?

C’est exactement cela ! A une petite correction près : la redevance annuelle (voir ci-dessous) joue comme un forfait qui couvre déjà un certain volume de déchêts. Si à la fin de l’année vous n’avez pas jeté à la poubelle plus de kilos que prévu dans le forfait, les comptes sont bons ; sinon vous recevrez une invitation à payer pour chaque kilo excédentaire.

Triez, triez, triez

Le mot d’ordre reste bien le bon sens le plus élémentaire : en jonglant entre les bulles à verre, la poubelle bleue, le compost et le parc à conteneurs, triez à la source autant que vous le pouvez et réfléchissez-y à deux fois avant de choisir tel produit vendu en emballage non-recyclable si un produit équivalent existe dans un conditionnement qui vous occasionnera moins de déchêts. La démarche n’est donc pas neuve ; la tarification au kilo cherche à amplifier des réflexes de pur bon sens.

Et les incivilités ?

Que penser des personnes sans scrupules qui viendraient discrètement se débarasser de leurs déchets dans votre poubelle, le soir où vous la placez sur la rue en vue du ramassage ? C’est certainement une réalité pour quelques indélicats et chacun s’habituera sans doute vite :

* soit à ne sortir sa poubelle qu’au dernier moment, peu avant le passage du camion de ramassage ;

* soit à ne sortir sa poubelle que lorsqu’elle est totalement remplie (avec dans ce cas un risque d’odeurs déplaisantes) ;

Pourtant selon nous, les vraies incivilités sont ailleurs et la poubelle à puce tente d’y apporter une réponse crédible ! Les incivilités existaient déjà mais adoptaient plutôt une autre forme plus insidieuse. Ainsi jusqu’au 31 décembre 2008 chaque habitant de Modave paye une taxe pour l’enlêvement de ses poubelles, plus un prix fixe pour acheter le sac poubelle de la commune. Le coût de l’enlêvement et du traitement des déchêts est réparti entre tous les citoyens. Dès lors rien n’empêche les ménages qui en ont les moyens d’acheter autant de sacs poubelles qu’ils le veulent, de ne rien trier du tout et de déposer 10 sacs plutôt qu’un seul au bord de la rue chaque semaine parce que cela n’a aucun impact sur leur redevance ! Donc le système actuel s’avère insuffisant pour encourager les pollueurs professionnels à des comportements plus respectueux, que la tarification au kilo aidera à mettre en lumière.

Notre analyse

Le côté pervers du mécanisme de la poublelle à puce telle qu’elle sera mise en oeuvre à Modave tient au montant de la redevance annuelle fixe. Celle-ci nous parait tellement élévée qu’elle pénalise injustement toutes les familles qui depuis longtemps déjà se donnent la peine de trier systématiquement leurs déchêts, de mettre au compost tous les résidus organiques, de porter à la bulle à verre leurs bouteilles et au parc à conteneurs leurs cartons, emballages plastiques, frigolite et autres pots de peinture. Pour ces familles qui font l’effort de pousser au maximum le jeu du recyclage au point de n’avoir presque jamais de sacs jaunes  [2] , la pénalité est sévère : leur redevance annuelle incompressible grimpe de 78 à 130 euros pour une famille, de 65 à 115 euros pour un couple et de 45 à 75 euros pour un isolé.

Si le groupe Ecolo de Modave soutient avec enthousiasme le principe de la tarification au kilo [3] qui incite les citoyens prendre conscience du volume de leurs déchêts et à trier le plus possible eux-mêmes, nous déplorons lourdement que le montant de la redevance annuelle incompressible ait été fixé aussi haut ! Un montant beaucoup plus bas, par exemple comparable à la redevance actuelle voire encore inférieur, aurait constitué un vrai incitant pour motiver chaque ménage à repenser ses habitudes d’achats afin de rejeter encore moins dans ses poubelles.

Les communes wallonnes —dont la nôtre !— ont lamentablement baissé pavillon [4] devant le dictat d’Intradel ; nous ne pouvons aujourd’hui qu’en dresser le constat... et en payer les frais !

Notes

[1] Intercommunale de Traitement des Déchets en région liégeoise

[2] Attention, nous ne prétendons pas que c’est facile ; mais nous soutenons que c’est réalisable.

[3] C’est elle qui nécessite d’utiliser des poubelles à puce plutôt que des sacs

[4] Ce point a en effet été défendu âprement par les délégués d’Ecolo au conseil d’administration d’Intradel

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0