Ecolo Modave

Bulletin communal octobre 2007

vendredi 26 octobre 2007, par JFO

Réponse à l’éditorial d’octobre 2007

Modave, le 23 octobre 2007

Chers voisins de Modave,

Ainsi donc, à en croire les propos de la majorité en place dans son éditorial du dernier bulletin communal (oct. 2007), le fait d’amener le débat sur la place publique constitue dorénavant à Modave une « intention de nuire » ?

Or, cet éditorial répand surtout, outre quelques calomnies gratuites, un écran de fumée derrière lequel se cacher pour éviter de répondre à la vraie question que nous soulevions dans notre article intitulé « La Majorité communale à la Croisée des Intérêts ». En effet, alors que nous ne contestons nullement le strict respect de la séquence des procédures officielles [1], la vraie question demeure bel et bien posée, à savoir « Qu’est-ce qui a bien pu pousser notre majorité communale à adopter le 21 juin une décision qui ne sert que les seuls intérêts (financiers !) du seul promoteur immobilier du lotissement des Quatre Voyes à Modave ? »

Le groupe Ecolo de Modave se pose en observateur vigilant de la vie communale et privilégie dans toutes ses analyses l’intérêt général face aux intérêts particuliers. A ce titre, nous entendons porter tous les débats publics sur la place publique et mettre à votre disposition les outils qui vous permettent de prendre une part active à la réflexion.

Pour ce faire, nous vous invitons aujourd’hui à analyser par vous-mêmes les tenants et aboutissants de la question soulevée, au moyen d’un second document. Intitulé « Quatre Voyes en Eaux Troubles », cet article vient en complément du premier et résume de manière circonstanciée et avec toutes les références à l’appui le contexte et les conséquences de la décision absurde du 21 juin 2007 qui, nous le maintenons , va –en toute légalité– à l’encontre des intérêts des Modaviens (présents et à venir). Et cela notamment eu égard aux coûts de placement des égouts, à puiser dans vos poches et les nôtres, si l’égouttage de la zone devait revenir un jour à charge de la collectivité mais surtout parce qu’elle prive dès aujourd’hui notre commune d’un outil essentiel de contrôle de la qualité de ses eaux usées sur le site du futur lotissement, au contact direct d’une zone Natura 2000 concernée par notre Contrat de Rivières et de surcroît au périmètre des captages de Vivaqua (ex-CIBE).

Loin d’une quelconque intolérance, nous nous réjouissons au contraire d’accueillir de nouveaux Modaviens sur le sol de notre commune et souhaitons les accueillir dans les meilleures conditions. C’est précisément dans cette optique que nous enjoignons la nouvelle majorité de s’engager concrètement en faveur du développement durable . Dès sa prise de fonction en décembre 2006, le groupe Ecolo a tenu à insister auprès d’elle, par contacts directs et par voie de presse, sur le besoin de mise en place d’une CCAT [2], organe de transparence, indépendant du politique, par lequel les citoyens de la commune s’organisent pour faire entendre leur point de vue sur l’aménagement [3] de notre territoire et, par là, sur son devenir.

Si cette majorité, par les innombrables lotissements qu’elle laisse surgir de manière anarchique aux quatre coins de la commune et les voies rapides dont elle prétend peut-être nous faire « bénéficier », entend importer la ville à la campagne avec le même laxisme qui a sévi dans le petit village de Boncelles il y a moins de 30 ans –voyez ce qu’il est devenu aujourd’hui !– nous entendons pour notre part lutter avec toute notre énergie contre le saccage de notre cadre de vie.

C’est en votre qualité de citoyen de cette commune, que nous aimons puisque nous y avons tous élu domicile, que nous vous invitons à prendre part à cette démarche de vigilance collective.

Le groupe Ecolo de Modave

Réagissez à cet article : cliquez sur “Répondre à cet article” ci-dessous, tout en bas de la page, et introduisez votre commentaire.

Notes

[1] Cet aspect n’étant même pas abordé dans ledit article.

[2] Commission Consultative d’Aménagement du Territoire

[3] Une CCAT, en collaboration étroite avec les citoyens, pourrait notamment contribuer à la préparation d’un plan communal d’aménagement du territoire et de règlements d’urbanisme qui font cruellement défaut à Modave.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0